top of page

Wooshing Machine

Ma l'amor mio non muore / Épilogue

 25.09

 Le Théâtre

Ma l’amor mio non muore / Épilogue est une suite naturelle dans la Trilogie de la Mémoire. Et c’est un trio. Alessandro Bernardeschi, Mauro Paccagnella et la danseuse et chorégraphe italienne Carlotta Sagna.

Ma l'amor mio non muore Wooshing Machine

Donner à voir et à ressentir le temps, et l’âge — et parfois les mouvement, comme on dirait d’un disque : rayés — quand le disque est rayé la musique passe mais saute,
déraille, par à-coups — de cette même manière, le mouvement, celui des corps qui ont, plutôt que « vécu » (évidence), qui ont gardé l’empreinte, l’impression, des ans, des coups, des blessures, des pertes, des naissances, des deuils, ce mouvement rayé déraille. Parce que le temps a rayé les corps.
Ces corps là, qui parfois deviennent lâches, au sens de distendus — disloqués, même ? et ces corps qui parfois — tragiquement — lâchent. Le corps lâche, l’âme aussi ?
Les trois bougent, se meuvent — émeuvent — avancent comme le peuvent, en tentant de faire tenir debout, l’une après l’autre, échec après échec, des fleurs artificielles.
Tenir, faire tenir.


Anna Ayanoglou

"La compagnie Wooshing Machine nous offre un cadeau infiniment rare et précieux, celui de faire exister ensemble la gravité et la joie, l’aisance et la désarticulation, le cabotinage et l’autodérision, l’infantilité et la maturité. Et elle nous offre de l’amour, beaucoup d’amour, dans un récit construit comme une mosaïque : on la regarde et on ressent son effet de près, dans l’immédiateté de chaque épisode, petit monde unique, autant que de loin, dans un tout qui révèle sa force par la juxtaposition et le dialogue. Et le spectacle ardent et vif reste en tête et dans l’âme longtemps après que les lumières se sont rallumées, alors qu’on se surprend à fredonner des bribes de la bande-son du spectacle, riche de mémoire collective."

Sur une idée de Alessandro Bernardeschi · chorégraphie, écriture et interprétation : Carlotta Sagna, Alessandro Bernardeschi, Mauro Paccagnella · dramaturgie musicale : Alessandro Bernardeschi · lumières et régie : Simon Stenmans · assistante à la chorégraphie : Lisa Gunstone · vidéo : Stéphane Broc · son : Eric Ronsse · costumes : Wooshing Machine et Fabienne Damiean · featuring Pietro Ercolino

Production Wooshing Machine · coproduction Théâtre National Wallonie-Bruxelles, Charleroi Danse, Les Brigittines
Accueil Studio Studio Thor, Studio Etangs Noirs, Charleroi danse, Les Brigittines
Réalisé avec le support du Ministère de la Fédération Wallonie-Bruxelles

25.09

Le Théâtre, place Communale, La Louvière

€ 19 · 15 · 10 · Art. 27

bottom of page