Rechercher

Appel du Comité de gestion de Central en faveur de la réouverture du secteur culturel



A l’occasion de l’action Still Standing for Culture du 1er mai dernier, le Comité de gestion de Central asbl lançait un appel vibrant à rouvrir les lieux culturels. Dans celui-ci, il souligne : « Si la culture qui assure la santé morale occupe une place souvent reléguée au rang d'accessoire, elle n'en constitue pas moins un moteur de l'équilibre de toute société et participe de l'épanouissement de chacun, contribue à sa formation et son évolution intellectuelles ».


Voici le courrier du Comité de gestion de Central dans son intégralité :


La Louvière, le 30 avril 2021


Les membres du comité de gestion de Central tiennent à exprimer leur solidarité avec les travailleuses et travailleurs du monde artistique et culturel violemment touchés par les conséquences de la pandémie qui sévit aujourd'hui. Cette solidarité s’adresse aussi à tous les travailleurs qui ont été et sont toujours en première ligne pour soigner et sauver des vies ainsi qu’à toutes celles et ceux privé.e.s de leur activité professionnelle depuis de longs mois.


Comme toute personne sensée, ils comprennent que des mesures sévères soient prises afin d'endiguer la maladie. Toutefois, les disparités dans les dispositions apparaissent comme le reflet du mépris que le secteur culturel subit depuis des décennies, traduisant une idéologie marchande qui a entrainé de nombreux dysfonctionnements révélés et catalysés par la crise actuelle. Si la culture qui assure la santé morale occupe une place souvent reléguée au rang d'accessoire, elle n'en constitue pas moins un moteur de l'équilibre de toute société et participe de l'épanouissement de chacun, contribue à sa formation et son évolution intellectuelles.


Mais peut-être la pandémie a-t-elle servi les objectifs de ceux qui préfèrent une population de consommateurs peu formés à la critique ? Que dire d’un gouvernement qui méprise ouvertement l’avis de la ministre en charge des affaires culturelles et impose au secteur concerné des arguments paternalistes, cachant mal sa préférence donnée aux seuls profits marchands.


Comme tous les Centres culturels, Central subit lourdement la crise sanitaire et, pour garder un souffle de vie, le théâtre de La Louvière a été ouvert au public durant deux heures dans le cadre de StillStanding for culture. Ce collectif réunit des travailleur·se·s de la culture de différentes régions du pays pour valoriser toutes les activités porteuses de lien social, nouer des liens avec d’autres luttes et d’autres secteurs, et mettre en débat la gestion autoritaire et inégalitaire de la crise sanitaire.

C'est ainsi que plus de 300 actions ont été menées dans le pays pour revendiquer « une autre gestion de l’épidémie, une gestion qui ne creuse pas les inégalités et qui répartisse le poids des mesures sur l’ensemble de la société ».


Et que, le 13 mars dernier, si la grande salle du théâtre était vide, silencieuse, sur le bord de la scène, deux musiciens et une chanteuse accueillaient quelques visiteurs : groupés par quatre, dûment masqués, ils se succédaient à intervalles réguliers pour découvrir un peu plus loin, dans les méandres des coulisses, deux danseuses, deux sculptrices, un humoriste...

Il y eut peu de monde alors que les autorités craignaient la foule. Mais l’émotion partagée était forte, avec la question qui hantait les participants : quand va-t-on rouvrir notre théâtre ? Quand les activités de Central vont-elles retrouver leur cours habituel ?


Pas demain, on le sait désormais.


Pourtant, la culture n’est pas un danger. Elle est même vitale pour les artistes, les travailleurs et travailleuses culturelles, les citoyennes et les citoyens. Et tous acceptent, respectent les mesures de précautions.


Alors, Mesdames et Messieurs les Dirigeant.e.s,


Rouvrez les théâtres, les cinémas, les musées !

Laissez les activités culturelles assurer à toutes et à tous leur santé morale et mentale !


Le Comité de gestion de Central.


photo © Bruno Dias


Posts récents

Voir tout