Dans le cadre des Fils de Hasard...

jeudi 16.12 à 14:00 | LouvExpo

MONTENERO

C'est l'histoire de trois Italiennes venues immigrer en Belgique en 1953. Trois témoignages bouleversants confectionnés dans l'étoffe la plus douce, contés et chantés par trois épatantes comédiennes avec une rare simplicité (...) l'émotion surgit à fleur de peau. (Le Soir)​

MONTENERO est né d'entretiens et de rencontres effectuées par les comédiennes. Elles parlent et chantent : des chants que l'on sent venus de très loin ; avec elles, deux musiciens, une guitare, un accordéon. Montenero, c'est aussi une participation à l'Europe, à la mémoire ouvrière, à la lutte des femmes et contre la xénophobie.

 

Maria, Irma, Anna, Giulia, Carmela... Il y a 50 ou 60 ans, elles vivaient quelque part en Italie. Un beau jour, l'Histoire a orienté leur destin. Elles ont pris conscience, contraintes ou libres, que leur vie allait changer. Nous ne demandions qu'à écouter, elles ne demandaient qu'à raconter. Leurs témoignages sont généreux, forts, émouvants. L'Histoire de l'émigration italienne a été marquée par l'arrivée massive en Belgique des travailleurs destinés à la mine. Aujourd'hui encore, c'est l'image que tout un chacun garde en mémoire. Pourtant, bien que l'histoire de ces hommes soit profondément importante, la mémoire collective a tendance à oublier les femmes et les enfants qui ont emprunté leur sillage. La fêlure de l'immigration n'a pas été vécue uniquement par des hommes mais par tout un peuple. La transmission de ces histoires nous semble essentielle. 

En poursuivant une recherche personnelle de nos origines, nous sommes parties à la découverte de l'histoire de ces femmes qui, un jour, ont quitté leur village, leur famille, la chaleur du soleil... Grâce à elles, nous avons eu la chance de pénétrer dans un univers méconnu, rempli de souvenirs émouvants, de sourires, de blessures, de force et de courage. Cet univers nous a amené à renouer avec un passé ignoré, avec des histoires singulières qui nous permettent aujourd'hui d'oser une traduction modeste de ce que fût le parcours de ces femmes, sorties de l'ombre le temps d'une interview. Leur regard sur la vie nous a ouvert les yeux sur nos questionnements les plus intimes : savoir qui nous sommes vraiment, comprendre les liens qui nous unissent à nos aînés, tisser une trame entre notre histoire individuelle et l'Histoire universelle. 

 

A travers ces témoignages c'est peut-être nous que nous avons rencontrés. Notre envie aujourd'hui est de mettre en lumière leurs témoignages. Nous voudrions témoigner, à notre tour, de notre intérêt et de notre émotion suscités par leur immense humanité. La matière fournie par les témoignages nous a donné l'envie de traduire nos impressions et nos émotions par des chants, de la musique et du texte. Le choix des musiques et des chants est directement inspiré par les témoignages recueillis. C'est donc la singularité des témoignages qui influence les choix musicaux et nous permet de sortir des répertoires les plus connus du chant traditionnel italien. Certains chants nous ont d'ailleurs été directement transmis par les femmes que nous avons interviewées. Malgré l'intensité des témoignages, nous avons voulu conserver la simplicité avec laquelle ils nous ont été racontés. La conception du spectacle évolue avec ce désir permanent de garder la saveur des anecdotes, la sobriété des émotions, la vivacité des souvenirs évoqués. Les récits et les chants sont principalement accompagnés d'un accordéon et d'une guitare.

Initiatrice du projet et coordinatrice : Martine De Michele | interprétation et conception : Sandrine Bergot, Martine De Michele, Valérie Kurevic | musiciens : Alberto Di Lena, Simon Fransquet | éclairages : Pierre Clément | Son : David Henrard | Production : En Cie du Sud

Un spectacle remarquable de sincérité, drôle et émouvant. ★ ★ ★ ★  (Le Soir)