top of page

"Il fallait qu'on précise notre démarche."

La Consœurie des Connasses à la Soumonce générale

Les artistes nous expliquent leur démarche

DSC01187_1.jpg

Comme en 2023, La Gillette et sa "Consœurie des Connasses" s’apprêtent à défiler lors de la soumonce costumée du 24 février afin de célébrer l’arrivée du printemps ! Pour préparer cette sortie, en partenariat avec Central, elles proposaient ce samedi 17 février, un grand atelier de (dé)formation. 

Nous sommes allé·e·s y promener notre curiosité, histoire de prendre l'ambiance, une semaine pile avant la sortie de la Soumonce. Impressions, explications...

Central et les Connasses

Ancré à son territoire et fier de son patrimoine folklorique, et particulièrement de son carnaval, Central défend, dans sa programmation et dans ses valeurs, l’expression de la diversité dans le respect mutuel et la participation de tou·te·s à la création artistique et aux bienfaits de la culture. La collaboration avec les artistes Sara Selma Dolorès et Bastien Poncelet, à l’occasion de la Consœurie des Connasses mais aussi autour de l’atelier et de la Nuit du Charivarii (prochaine édition en avril), s’inscrit dans sa politique générale de promotion de la diversité.

La "Consœurie des Connasses" est une initiative créée par, pour et avec des Louviérois.es. Elle vise à perdurer les traditions carnavalesques dans un esprit de permissivité, de joie et d’impertinence. Central l’accueille sous l’angle QUEER, un axe majeur de sa programmation.

« Nous tenons à exprimer notre grande admiration et notre profond respect pour les festivités de Laetare et le costume de Gille », expliquent Bastien Poncelet et Sara Selma Dolorès, à l'initiative de la Consœurie. « Le carnaval est une réponse des humain·e·s à la détresse des saisons par l’affirmation d’un autre monde : un monde où les hiérarchies sont renversées. Si le Gille est le roi du carnaval, nous sommes donc ses obligé·e·s et nous nous devons d’échanger, le temps de la Soumonce, nos couronnes. Ainsi va la loi du carnaval où la folie est raison. »

 

Les impertinences louvièroises

La Consœurie est reconnaissante envers les sociétés de Gilles pour avoir fait perdurer jusqu'à nous ces folklores carnavalesques : « C’est dans un même esprit de perpétuation que nous souhaitons parader confraternellement, consororellement, ensemble, côte à côte, enchâssé·e·s, ensaboté·e·s avec de la vitamine C. Il ne s’agit pas de se moquer, de provoquer ou de ridiculiser le costume de Gille, mais bien de rendre hommage à nos traditions et à notre folklore » ajoutent Sara et Bastien. 

"Certes, nous rêvons d'un carnaval où les femmes auraient le droit de défiler dans le costume de leur choix, où les identités plurielles auraient le droit de Cité et cela, nous ne pouvons l’imaginer qu'en continuité avec les Gilles" poursuivent-ils. "Si les folklores s’immobilisent, ils meurent. On ne perd pas notre culture ou nos traditions, on n’abandonne pas nos coutumes en remettant en question son identité. La nostalgie n'est pas une force patrimoniale. » concluent Sara et Bastien.

Photos : Laurent Poma

Charte de participation à la Consœurie des Connasses

Article 1 : Être né·e sur la planète Terre.
Article 1/4 : Respect mutuel entre les sociétés.
Article 1 bis repetita : Les membres de la Consœurie ne feront pas pipi entre les voitures.
Article 2 bis tagada pouêt pouêt : Les jets d’oranges seront proscrits (car leur empreinte carbone est trop lourde). À leur place, les membres de la Consœurie offriront des carottes (ou tout autre produit local et de saison : panais, pipe gaumaise, couille de Suisse).

24·02 · Soumonce générale · La Louvière

Modul & Thank You for Coming

bottom of page