théâtre dès 6 ans

C'EST QUI LE PLUS FORT ?

c-est-qui-le-plus-fort.JPG

15.01 | Le Théâtre

"Parler du capitalisme, du déclin massif de la biodiversité, du darwinisme et de la biologie vivante à des enfants âgés de six ans et plus, il fallait oser ! Les Ateliers de la Colline l’ont fait, avec leur dernière création collective, C’est qui le plus fort ? mise en scène par Stefanie Heinrichs, Pauline Moureau et Mathias Simons. Le résultat est bluffant de poésie

intime, d’intelligence éveillée et de sensibilité esthétique grâce à un trio de jeunes comédiens épatants (Gauthier Bilas, Marie-Camille Blanchy et Lucas Maerten) et aux créations musicales pleines de couleurs et d’inventivité signées

François Van Kerrebroeck. [...]

À voir les yeux émerveillés des enfants-spectateurs, Le résultat est atteint : C’est qui le plus fort ? fait mouche. Les Ateliers de la Colline ont pleinement réussi leur grand voyage au cœur du monde vivant."

Extrait de l’article de Hugues Dorzée dans Imagine n°145, juillet-août 2021

C'est l’histoire de Maïssa, troisième maternelle, le "bébé" de la classe, normal elle ne sait pas dessiner. D’ailleurs

tous ses bonhommes tirent la tête sur ses feuilles. Tout le monde le sait. Ou d’Arthur, celui qui ne sait pas rester assis, qui n’écoute pas. En maternelle passe encore mais en primaire, cela n’ira plus. Heureusement, il n’est pas le pire

de sa classe parce que "le pire c’est Dorian". Ça aussi, tout le monde le sait. C’est aussi l’histoire de Stefanie, qui n’est jamais choisie lorsque les équipes sont constituées en gym. Elle a beau tendre la main le plus haut qu’elle peut, se tortiller dans tous les sens rien n’y fait... Faut dire, elle est nulle et vraiment pas assez rapide. C’est l’histoire de la petite Manelle, qui trouve cela tellement injuste de toujours perdre. De ne jamais gagner le ticket avec l’oiseau bleu dessus. C’est aussi l’histoire des garçons, ceux qui reviennent en hurlant de la récréation, les visages rouges, les poings serrés en rage d’avoir perdu ou affichant le sourire supérieur du gagnant. Perdu quoi, gagné quoi... ça personne ne le sait vraiment.

L’histoire de l’intello, du raté, du lèche-botte, du retardataire, de celui qui va rater s’il continue à regarder en l’air. L’Histoire des premier.e.s et des dernier.e.s, des plus fort.e.s et des plus faibles. Des histoires comme celles qui peuplent nos quotidiens, nos souvenirs d’enfance, nos cours de récré, nos salles de gym et de spectacle.

Souvent, et dès le plus jeune âge, les enfants sont placé.e.s et se placent dans des rapports très compétitifs les un.e.s par rapport aux autres. Dans les jeux, la cour de récré, en classe, dans les dessins animés, parfois au sein même du foyer. Aller toujours plus haut, toujours plus loin toujours plus vite... que les autres. Comment se fait-il que la compétition prédomine souvent dans nos rapports humains ? À qui ou à quoi ces rapports de compétition servent-ils ? Que produit la compétition dans le cœur, dans le corps, dans l’esprit ?

 

La fameuse "loi du plus fort" de Darwin nous revient en mémoire, celle de l’adaptation. Être la plus forte pour survivre, en sommes-nous toujours là... ? En poursuivant nos recherches, nous apprenons un beau jour que de cette fameuse loi, nous n’avons conservé qu’une moitié. La phrase complète de Darwin disait : "La loi du plus fort, c’est la coopération." Pourquoi cette dernière moitié de phrase a-t-elle "disparu" ? Qui pourrait bien avoir peur de la coopération ? Soufflés, nous constatons que nous avons totalement intégré la première et fausse évidence, celle qui pousse à la compétition. Alors que sans coopération pas de vie.

Nous apprenons que depuis la nuit des temps, partout, l’entraide existe. Et que dans un climat dit "aride", les espèces qui survivent sont celles qui s’entraident.

Nous décidons de partir à la recherche de l’entraide et de ses multiples facettes...

Sur le plateau Gauthier Bilas, Marie-Camille Blanchy, Lucas Maerten hors plateau Stefanie Heinrichs, Pauline Moureau,

Mathias Simons costumes Héloïse Matthieu scénographie Cécile Balate création lumière Julien Legros création musique François Van Kerrebroeck regards et soutien Aline Dethise, Rita di Caro, Marie Goor, Odile Julémont, Jean Lambert, Daniel Lesage photos Olivier Demeffe

Un atelier est proposé aux spectateurs, en marge du spectacle

 

« Pour prendre le contre-pied de ce titre, lors de cet atelier il ne sera pas question de savoir qui est le plus fort mais de réaliser sur un terrain de jeux le plaisir et la richesse de la collaboration. »

 

Atelier proposé par Les Ateliers la Tête en l’air, avec Sophie Gillet


15:00 > 15h30 : goûter dans les loges du Théâtre
15:30 > 17:00 : atelier 

 

Participation : 10€ pour le combi spectacle/atelier 

 

On ne peut pas participer à l’atelier sans venir au spectacle.