top of page
central_plus-rvb.png

Autour d'Anna
Gabriel et Anna

Pourquoi, sous la direction de Nicolas Krüger, le chœur et l’orchestre d’ARTS2 célèbreront-ils le centenaire de la mort de Gabriel Fauré à Écaussinnes ? La réponse est simple : le compositeur dirigea son Requiem avec un petit orchestre chez Anna Boch, en 1906. Jongen était à l’orgue Cavaillé-Coll-Mutin qu’Anna Boch légua plus tard à l’église Sainte-Aldegonde !

On entendra l’œuvre sublime dans son orchestration d’origine, confrontée à la Sérénade n°1 de Johannes Brahms, ce grand contemporain qui partageait avec Fauré une sensibilité automnale. 

À cette occasion, Keramis centre de la céramique le MILL Musée Ianchelevici et Central vous proposent un focus sur la figure de la peintre louviéroise Anna Boch

Un orgue Cavaillé-Coll à Écaussinnes

L’église Sainte-Aldegonde abrite l’un des six orgues Cavaillé-Coll (la Rolls Royce au rayon orgues) présents sur le territoire belge, les cinq autres se trouvent au Conservatoire de Bruxelles, à l’Église Saint-Maximin de Gesves (Namur), à l’Église Saint-Nicolas à Gand, à Heverlee et à l’Église du Sacré-Cœur à Hasselt. Notre-Dame de Paris possède aussi le sien…

 

"Ces douze petits jeux ont chacun une sonorité remarquable, admirablement dosée : un timbre d’une plénitude et d’une perfection incroyable ; l’ensemble de l’instrument sonne vraiment grand-orgue et on comprend très facilement, en vérité, que nos grands-pères se soient laissé séduire par semblable esthétique, même si les épigones de Cavaillé étaient très loin d’atteindre la même qualité." (Claude Roland, Vieux orgues en Hainaut, 1967)

 

L'orgue qui nous intéresse est à l’origine un orgue de salon légué par testament par Anna Boch au Chanoine Maubert, Doyen de Soignies, afin qu’il puisse le donner à une église pauvre de son doyenné au décès de la donatrice. C’était en 1928. Anna Boch était alors âgée de 80 ans. Un certain nombre de paroisses contactées refusèrent ce don, notamment Ronquières et Hennuyères qui possédaient déjà des orgues jugées à tort ou à raison plus ou moins valables. Ayant eu connaissance de ces refus, le curé d’Ecaussinnes-Lalaing, l’Abbé Blaze, au nom de sa paroisse, se porta acquéreur.

 

Le concert d’inauguration en l’Église Sainte-Aldegonde fut donné le dimanche 17 janvier 1937 à 15 heures par l’organiste morlanwelzien Jules Freteur et son fils Richard, lui-même organiste et compositeur. La presse relate que les deux claviéristes ont démontré "l’excellence, la docilité et les sonorités parfaites du nouvel instrument et ont donné la mesure de leur talent incontesté par l’exécution de pièces de choix », dont je n’ai malheureusement pas retrouvé la trace." La petite histoire raconte cependant que l’orgue joua une première fois avant l’inauguration officielle le jeudi 10 décembre 1936 à 10 heures pour les funérailles de Madame Léon Baguet, née Léopoldine Marlière, puis resta silencieux jusqu’au jour de l’inauguration.

 

Le Jour J, le temps était beau et l’église archi comble quand la bénédiction de l’instrument fut donnée par le Chanoine Scarmure. Celui-ci, dans son allocution insista sur "l’importance de la belle musique qui donne à l’âme le moyen d’extérioriser avec le maximum d’expression la foi et l’espérance qui l’empreignent, et de rendre à Dieu l’hommage d’amour et de reconnaissance de sa créature."

Un an après l'inauguration arrivait de Sainte-Marie (Libramont) un nouvel organiste, Paul Gourdange. Ses litanies (il chantait en jouant et un chœur de paroissiennes lui répondait) restent gravées dans la mémoire des paroissien·nes.

 

Au fil du temps, et aussi en raison de l’incurie des hommes, l’instrument devint défectueux, l’Abbé Léon Jous, curé du lieu, attira l’attention de la presse nationale sur l’intérêt de sauver cet orgue en péril. Appuyée par l’Administration communale d’Ecaussinnes, une procédure fut ouverte et un cahier des charges dressé par l’association Sauvegarde des instruments à clavier en vue de sa restauration. Cette procédure fut clôturée le 1er mars 1979 et à l’issue de l’adjudication, l’entreprise échut à Marc Leuridant, établi à Petit-Rosière, commune de Ramillies. Le 30 mars 1983, le Ministère de la Communauté française autorisait les travaux. Dont coût : 1.176.903 francs. 

 

Le vendredi 17 novembre 1989, un concert d’inauguration fut donné par un certain Bernard Carlier, organiste écaussinnois de renom et titulaire depuis octobre 1992 des orgues de Sainte-Waudru à Mons. Il comprend des œuvres de Marcel Dupré, Camille Saint-Saëns, Théodore Dubois, Paul Wachs, Louis Vienne, Jean Langlais et… Richard Freteur.

 

Le célèbre organiste-compositeur liégeois Joseph Jongen se produisit deux fois dans le salon d’Anna Boch, en 1905 et en 1906. Ce jour-là fut exécutée la « Messe de requiem en ré mineur op.48 » (ou plus simplement, le « Requiem ») de Gabriel Fauré accompagné par un double quartette de cordes, avec Fauré en personne au piano et Jongen à l’orgue. 

  

C'est ce Requiem qui sera joué à l’église à Ecaussinnes. L'occasion de commémorer le centenaire de la mort de Gabriel Fauré (4 novembre 1924). ​​​

Mais revenons un instant à Anna Boch, qui repose au cimetière d’Ixelles non loin du monument funéraire d’Eugène Ysaye et dont la maison d’enfance, le Château de la Closière (construit par Joseph Poelaerts, l’architecte du Palais de Justice à Bruxelles) à La Louvière est aujourd’hui occupé - après une défiguration architecturale digne des Talibans à Palmyre - par le Forem.

 

Si on connaît ses liens avec le monde de la peinture car peintre elle-même, seule personne ayant acquis une toile de Vincent van Gogh du vivant de celui-ci (elle en achètera une seconde après sa mort), membre de Groupe des XX, peinte sur des tableaux signés James Ensor, Isidore Verheyden ou Théo Van Rysselberghe, ses activités dans le domaine de la musique sont moins connues.

 

Elle suivait de près l’actualité musicale grâce à son cousin Octave Maus, avocat, écrivain, critique d’art et wagnériste de la première heure et elle assista d’ailleurs le jeudi 13 avril 1876 à la majestueuse sonnerie des dieux annonçant le début de la représentation de la Tétralogie au Festpielhaus de Bayreuth tout nouvellement construit. Étaient également présents, excusez du peu, Messieurs Bruckner, Liszt, Mahler, Saint-Saëns, Tchaïkovski, Nietzsche et Tolstoï … On dit également d’elle qu’elle possédait sa propre automobile et voyageait seule, ce qui était rare à l’époque pour une femme …

 

On sait aussi qu’elle fut violoniste, organiste et pianiste et qu’elle tenait un salon de musique (« Les Lundis musicaux ») dans son hôtel de maître de la chaussée de Vleurgat au numéro 282 (au coin de la rue de l’Abbaye) dans lequel elle avait fait installer l’orgue qui nous occupe aujourd’hui. Elle avait également à l’époque consulté le facteur d’orgues laekenois Van Bever mais son choix définitif ira à Cavaillé-Coll. Van Bever lui réclama 200 francs pour « plans, projets et dérangements ». J’ignore si elle s’acquitta de la somme mais probablement que oui puisque c’est la maison Van Bever qui assura l’accord régulier de l’instrument au moins jusqu’en 1921.

Je suis un paragraphe. Cliquez ici pour ajouter votre propre texte et me modifier. C'est facile.

Autour d'Anna Boch

À l'occasion de ce concert exceptionnel, notre partenaire Keramis nous propose d'entrer dans le cabinet de curiosités d'Anna Boch. Un pastel de l'artiste, une assiette de son service "Villa Anna", quatre céramiques peintes de sa main...

Maurice Lefevre, Portrait d'Anna Boch_edited

Maurice Lefevre, Portrait d'Anna Boch_edited

Anna Boch, Tête de Monsieur Lepreux

Anna Boch, Tête de Monsieur Lepreux

Anna Bock, Femme se coiffant

Anna Bock, Femme se coiffant

Anna Boch, Portrait d'une femme

Anna Boch, Portrait d'une femme

Assiette du service Villa Anna

Assiette du service Villa Anna

Anna Boch · saucière du service aux devises

Anna Boch · saucière du service aux devises

Anna Boch · saucière du service aux devises

Anna Boch · saucière du service aux devises

Anna Boch · Pastel · collection de la Ville de La Louvière en dépôt à Keramis

Anna Boch · Pastel · collection de la Ville de La Louvière en dépôt à Keramis

bottom of page