le programme régional
Françoise Pétrovitch, à vif
Françoise Pétrovitch, à vif

Françoise Pétrovitch, à vifArticle 27, arts plastiques, enfants, EXPO, gratuit, scolaire

Françoise Pétrovitch propose un univers ambivalent, où d’étranges figures se jouent des frontières entre le masculin et le féminin, l’adulte et l’enfant, l’homme et l’animal.

À la fois tendre et acide, rassurante et inquiétante, son œuvre est marquée par une constante : elle cultive l’incertain, au même titre que les contradictions et les faux-semblants, pour faire chanceler nos sages certitudes. L’exposition mêle estampes, sculptures, dessins muraux et installation vidéo.

Françoise Pétrovitch taille à vif dans la carapace de nos certitudes.

Née en France  à Chambéry en 1964, Françoise Pétrovitch explore les méandres de l’âme et de l’être depuis plus de vingt ans. Que ce soit par le biais d’estampes, de peintures et d’aquarelles, de sculptures, de dessins muraux ou encore une installation vidéo intitulée "Le loup et le loup", elle y propose un univers ambivalent où d’étranges figures, quelquefois masquées, se jouent des frontières entre le masculin et le féminin, l’adulte et l’enfant, l’homme et l’animal pour brouiller nos repères. A la fois tendre et cruelle, lumineuse et inquiétante, l’œuvre de Françoise Pétrovitch est marquée par une constante : elle cultive l’incertain,  qui en constitue la toile de fond et fait chanceler nos évidences. Rien n’y est jamais univoque. Vie et mort y sont étroitement mêlées.
Si le titre À vif, que l’artiste a choisi pour son exposition à La Louvière, renvoie à la brutalité des instruments et des acides qui blessent les matières qu’elle utilise pour la mise en œuvre de ses gravures et de ses sculptures, il évoque avant tout la violence de l’existence humaine et de ses meurtrissures, parfois appuyées par des détails très ancrés dans le réel. La couleur rouge est, par ailleurs, omniprésente dans l’œuvre de Françoise Pétrovitch. Un rouge sang à mettre, peut-être, en relation avec le rouge aux joues du feu de l’action ou encore avec celui de la timidité ?

Vernissage le vendredi 27 avril 2018